Monique, prête-moi encore ta plume…

Guirec est bien parti, comme prévu, il y a plus de 10 jours, pour commencer cette nouvelle étape de sa fabuleuse aventure. 

La profonde et indescriptible joie qui l'animait au moment de son départ a été stoppée nette par une terrible nouvelle : malheureusement son Papa est mort le jour de son arrivée sur son lieu d'hivernage. 

Son téléphone satellite étant déjà éteint, Uno, son ami pêcheur de Saqqaq, a immédiatement accepté de se faire messager et a fait de nombreux milles avec son bateau pour lui apporter une lettre de sa famille. Guirec n'a malheureusement pas pu rentrer pour l'enterrement parce que le premier hélicoptère qui aurait pu le conduire à un avion de ligne ne partait que le lendemain de la cérémonie... 

Guirec a rallumé son téléphone satellite un moment afin de parler à sa famille, lui dire de ne pas s'inquiéter, que son père lui avait appris à être fort et à ne jamais abandonner ce qu'il entreprend. 

Il va donc continuer son chemin en sachant que c'est ce qu'aurait voulu son Papa et il en ressortira encore plus fort, j'en suis sûre. Il sait aussi que sa belle et grande famille le soutient dans cette épreuve, ce qui contribuera à lui donner de la force ces prochains mois. 

En tant que voyageur aguerrit, il sait encore que c’est un des risques du voyage que d’être loin des siens lors des coups durs de la vie. C’est un risque qu’il avait pris et accepté. 

Guirec, qui ne croit pas au hasard, veut croire que si son père est parti, le jour de son départ à lui, c'était un signe et qu'il le protégera pendant son hivernage. Les magnifiques aurores boréales qu'il voit souvent l'aideront aussi, c'est certain, dans ses moments de tristesse. 

Si je poste ce message, avec l'accord de Guirec, c'est parce que je pense qu'il est important aujourd’hui, plus que jamais, d'associer son Papa au Voyage d'Yvinec. C'est une façon de lui rendre hommage.

Il faut que vous sachiez que si Guirec nous fait tous rêver, c'est aussi, et avant tout, grâce à son père, Stany Soudée.

Je n'ai pas eu la chance de le connaître malheureusement mais Guirec m'a toujours dit qu'en plus d'être une personne formidable, il lui a transmis les belles valeurs qu'il essaye à son tour de transmettre dans le partage de son voyage : la liberté, la soif d’aventure, le courage, la persévérance et surtout la confiance en soi.

Stany Soudée, qui habitait sur l'île d'Ivinec que Guirec aime tant (et qui est représentée sur cette photo), vient donc de commencer un nouveau voyage au cours duquel, j'en suis sûre, il protégera Guirec et le Voyage d'Yvinec.

Lundi dernier, au moment de la cérémonie qui avait lieu en Bretagne, Guirec était monté au sommet de la plus haute montagne de la baie où il réalise son hivernage, pour accompagner son Papa dans ce nouveau voyage. C'était sa façon à lui de lui dire qu'il l'aime. Son père l'inspirait beaucoup et il était tellement heureux de savoir que son père était fier qu'il réalise son rêve !

Ne prenez pas ce message avec tristesse, cette page doit continuer d'être animée d'ondes positives et joyeuses et continuer à faire rêver le plus de rêveurs possible.

Ne soyez pas inquiets non plus pour Guirec, s'il est bien sûr sous le choc de cette terrible nouvelle, c'est quelqu'un d'extrêmement fort et lucide, qui sait que ce sont malheureusement des choses qui font aussi partie de la vie. 

Ce jeune homme continuera, sans aucun doute, de croquer la vie à pleines dents ; pour lui la vie reste évidemment belle et pleine d'espoir. Maintenant, il va aller plus que jamais à la rencontre des belles surprises que lui réserve l'existence. 

J'ai hâte qu'il me les raconte pour vous les faire partager... 

A bientôt,

Virginie